Flore

La végétation reflète clairement l’influence du milieu estuarien. La cochléaire officinale (Cochlearia officinalis) est une des particularités de Saeftinghe ; c’est une espèce typique des milieux saumâtres. L’aster maritime (Aster tripolium), le scirpe maritime (Bolboschoenus maritimus), le glaux maritime (Glaux maritima), le troscart maritime (Triglochin maritima), la puccinellie maritime (Puccinellia maritima) et le jonc des prés salés (Juncus gerardi) sont aussi largement répandues dans la réserve. Le céleri (Apium graveolens), le buplèvre (Bupleurum), des fétuques (Festuca) et la petite centaurée délicate (Centaurium pulchellum) se rencontrent également mais sont moins fréquentes. Les roselières (Phragmites australis) dominent dans la partie est de la réserve où la salinité est amoindrie. C’est ici qu’on trouve les plus grandes roselières du Zeeland. En dépit du fait que le roseau n’offre pas beaucoup d’intérêt botanique, les roselières sont cependant d’une importance écologique capitale pour de nombreuses espèces d’oiseaux. L’implantation du sureau noir (Sambucus nigra) et du liseron des haies (Calystegia sepium) montre que les roselières s’élèvent par accrétion, conduisant ainsi à une succession écologique typique vers un habitat plus terrestre. La zone la plus élevée est la plus riche en espèce ; elle est toujours utilisée pour le pâturage bovin.

Echt lepelblad

La cochléaire officinale

Enthomofaune

Saeftinghe héberge de grandes populations d’abeilles du genre Colletes, allant de plusieurs milliers à plusieurs dizaines de milliers d’individus. Ces abeilles sont typiques des rivages et se rencontrent communément sur les schorres de la mer du Nord. Elles sont solitaires ; elles creusent un terrier et butinent les asters maritimes sur les hauteurs sableuses des schorres. Présent également, Epeolus tarsalis est un parasite très rare des larves de Colletes. Une autre espèce rare à l’échelle internationale et que l’on peut rencontrer à Saeftinghe est la guêpe Mimumesa sibiricina ; on ne trouve que quelques populations isolées en Europe occidentale, dont les plus grandes se trouvent dans le Zeeland. Dans l’ensemble, les assemblages d’espèces que l’on rencontre sont principalement composés de syrphes tels l’hélophiles suspendus (Helophilus pendulus) et l’espèce Platycheirus immarginatus. Dans le groupe des taons, on trouve Haematopota bigoti et Hybomitra expollicata ; le développement larvaire de ces deux espèces se déroule typiquement sur les schorres. Les papillons diurnes sont très communs sur les digues adjacentes ; l’été 2013 a été très marqué par la présence de soufrés (Colias hyale). Comme les papillons ne traversent pas les milieux aquatiques ouverts, ils se déplacent le long des limites naturelles entre milieu terrestre et aquatique (écotones). On peut également noter la présence de la mégère (Lasiommata megera) et du collier de corail (Aricia agestis).

Haut de page: Epeolus tarsalis.

 

Flore en waarneming.nl