Avifaune nicheuse

Saeftinghe est un important site de nidification pour de nombreuses espèces d’oiseau. Durant les années 1997, 2004 et 2012, la réserve fut entièrement explorée afin d’inventorier le maximum d’espèces nicheuses. En 2012, le goéland argenté (Larus argentatus) était l’espèce nicheuse la plus abondante avec 3113 couples inventoriés ; au deuxième rang le chevalier gambette (Tringa totanus) avec 1492 couples ; dans les roselières, le bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus ; 896 c.), la rousserolle verderolle (Acrocephalus palustris ; 602 c.), l’oie cendrée (Anser anser ; 335 couples), le gorgebleu à miroir (Luscinia svecica ; 293 c.), la phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus ; 236 c.), le râle d’eau (Rallus aquaticus ; 231 c.), la panure à moustache (Panurus biarmicus ; 200 c.), le busard des roseaux (Circus aeruginosus ; 32 c.), la locustelle tachetée (Locustella naevia ; 32 c.), la locustelle luscinioïde (Locustella luscinioides ; 24 c.), et la marouette ponctuée (Porzana porzana ; 6 c.).

gorgebleu à miroir

l’oie cendrée

Avifaune migratrice

On rencontre chaque hiver de grands groupes d’oies, parmi lesquels l’oie cendrée est la plus fréquente. La population de cette espèce à Saeftinghe était réduite à seulement 200 individus dans les années 1940 et 1950. A partir de 1975, le nombre d’hivernants a constamment augmenté, de 1500 à 25000-40000 dans les années 1990. Dans les années 2000, une diminution a été perçue du fait de la réduction des surfaces de nourrissage dans les polders des alentours. Les fortes densités d’oies et de canards attirent de nombreux rapaces parmi lesquels le pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla) durant la saison froide.

Canard siffleur

Les roselières offrent de nombreuses ressources à plusieurs dizaines de busards des roseaux et busards Saint-Martin (Circus cyaneus). On y dénote également la présence d’une centaine de panures à moustaches hivernantes. Répandus dans toute la réserve, le pipit maritime (Anthus petrosus) est très abondant et compte 5000 à 7000 hivernants ; ils se nourrissent essentiellement de sentinelle à bande (Assiminea grayana), un petit gastéropode facilement accessible à marée basse. Les récentes données de comptage à marée haute et marée basse sont accessibles ici.

 

Les oiseaux en waarneming.nl