La vaste terre noyée de Saeftinghe s’étend au bord du pays et de l'eau. Son nom est évocateur puisque cette terre fut jadis habitée. Vers la fin du Moyen-Âge, c’était une région prospère, composée de polders, de petits villages et même d’un château: le château fort de Saeftinghe. Saeftinghe présentait un environnement et une situation stratégique, où finalement s’est joué l'accès au port d'Anvers ainsi que son déclin. Au cours des XIVème et XVIème siècles, plusieurs grandes marées ont progressivement ravagé ce pays poldérisé. En outre, durant la guerre de quatre-vingts ans (XVIème siècle), des digues furent intentionnellement ouvertes pour défendre Anvers. De nos jours, l’Escaut de l’Ouest offre l’étendue de schorres la plus vaste d’Europe !

La réserve en bref

Saeftinghe s’étend sur 3600 hectares, soit 36 km ² de schorres en milieu saumâtre. Cette terre incarne typiquement les zones estuariennes soumises à la dynamique sédimentaire: elle vie au rythme de la marée. L'eau de l’Escaut l’inonde lors du flux, et se retire lors du jusant. Via trois chenaux principaux qui se ramifient à l’intérieur du marais, l'eau parvient au pied des digues par marée vive. L’eau douce de l’Escaut se mêle à l’eau salée de la mer du Nord dans le secteur d’Anvers, soit 30 km en amont. Ainsi, Saeftinghe est une zone typiquement saumâtre. Au cours de dizaines d’années, les slikkes et les schorres (respectivement les parties basses et les parties hautes des marais tidaux) sont formés par les sédiments déposés, et sont partiellement détruits par les marées de tempête, après lesquelles ils se reconstituent. Ils offrent des habitats très prisés par les oiseaux. Des dizaines de milliers d'oiseaux viennent ici pour se reposer, se nourrir, se reproduire ou hiverner. Au fil des ans, de nombreux comptages ont permis d’inventorier plus de 200 espèces d'oiseaux !

En savoir plus?