La terre noyée de Saeftinghe témoigne d’un milieu qui a extrêmement changé au fil des siècles sous l’influence de la mer: initialement boisé, ce milieu fut poldérisé et finalement rendu inhospitalier. Les grandes tempêtes, les inondations et l’augmentation du niveau des mers furent les déterminants de l’histoire de Saeftinghe.

Environs 7000 ans avant J.C. – Niveau des mers situé à 25 m sous le niveau actuel

L’ère glaciaire est révolue mais les températures restent très basses et des tempêtes de sable persistent. Le paysage, dans lequel surgissent des dunes, est plutôt nu, composé de toundras, et balayé par des vents transportant de fines poussières de sable. Lorsque le climat s’adouci, des peupliers et des bouleaux s’implantent progressivement entre les dunes. La rivière Escaut méandre au milieu de ce paysage. On peut trouver des pointes de flèche et des pierres à feu qui témoignent de l’implantation des premiers humains dans la région.

Environs 4000 ans avant J.C. – Niveau des mers situé à 5 m sous le niveau actuel

Le paysage est marécageux et boisé d’aulnes. Les plantes des zones humides croissent et meurent en arrière saison ; elles sont partiellement décomposées dans l’eau sous l’effet du manque d’oxygène : de la tourbe commence alors à se former. Les humains s’installent sur les dunes de sable et subsistent grâce aux ressources que leur offrent les marais telles que gibier d’eau, poissons, racines et fruits.

Environs 2000 ans avant J.C. – Niveau des mers situé à 2.5 m sous le niveau actuel

Le niveau des mers monte et la tourbe s’accumule en comblant progressivement l’espace entre les dunes. Puis l’eau atteint un niveau rendant le milieu inhospitalier aux habitants qui finissent par quitter la région. En cette période, de la bruyère s’est implantée sur les crêtes des dunes. Dans les zones les plus humides, on trouve des plantes caractéristiques tels que la canneberge, le droséra et la linaigrette. Quelques bouleaux et pins sylvestre résistent encore aux changements du milieu. L’épaisseur de tourbe atteint maintenant plusieurs mètres.

Environs 1000 ans après J.C. – Niveau des mers situé au niveau actuel

Saeftinghe est désormais un milieu estuarien typiquement composé de schorres et slikkes. La salinisation de l’eau a éradiqué la végétation qui occupait les zones humides à l’époque où l’eau n’était pas encore saumâtre. En conséquence, la tourbe a cessé de se former. Elle est maintenant exposée à un hydrodynamisme accru des marées qui creuse des chenaux et la compacte. La couche de tourbe est progressivement ensevelie par des dépôts argileux qui l’affaissent en s’accumulant. Les hauteurs des schorres sont maintenant propices à l’élevage, et des bergers viennent y faire paître des moutons. On a retrouvé des tombes datant de cette période pétrifiées dans la tourbe.

1500 ans après J.C. – Niveau des mers situé au niveau actuel

L’accrétion est toujours en cours sur les schorres. C’est au XIIIème siècle que les moines flamands ont commencé à poldériser la région en raison de l’expansion des activités humaines. Au XIVème siècle, le Pays de Saeftinghe atteint son apogée. C’est principalement autour des villages de Saeftinghe, Casuwele, Namen et Sint-Laureins que l’agriculture, l’élevage et le commerce de la tourbe séchée et du sel constitue une économie lucrative. En outre, le château fort de Saeftinghe était une fierté de la région car c’est à cet endroit de l’Escaut que l’on contrôlait la navigation et taxait les navires en route vers Anvers.

Des grandes marées de tempêtes détruisent régulièrement les digues, et c’est une partie de l’arrière pays qui disparaît sous les eaux. Les années 1570 et 1574 sont particulièrement marquées par les inondations.

Saeftinghe fut aussi volontairement inondée au XVIème siècle par les calvinistes pour stopper l’avancée des troupes de l’Espagne catholique qui voulait reprendre le contrôle des Pays-Bas. Les digues furent brisées en 1584 afin d’empêcher qu’Anvers ne tombe entre les mains de l’armée espagnole. C’est non seulement tout le pays de Saeftinghe qui se retrouva sous les eaux, mais aussi une partie du Waasland. Ceci n’empêcha pas la progression des Espagnoles qui reprirent finalement Anvers en 1585. La terre de Saeftinghe disparut définitivement sous les eaux.

De nos jours, le niveau des mers s’élève de nouveau

Au XXème siècle, la terre noyée de Saeftinghe se situe entre 2.5 et 3 m au-dessus du niveau de la mer : la zone est prête à être repoldérisée en vue de réhabiliter les activités humaines. La deuxième guerre mondiale et la période de reconstruction qui s’ensuivit retardèrent ces projets. Ce fut définitivement oublié dans les années 1960 avec l’émergence des préoccupations environnementales et l’avènement des loisirs. Saeftinghe est désormais un espace naturel protégé qui n’a pas d’équivalent en Europe : 3600 ha de marais estuariens.